Kontaktinformationen

1 à 13, rue de l’Ancien Canal CS 80101 93507 PANTIN CEDEX
Pantin 93507
Frankreich
Telefon: (+33) 01 56 41 37 04
E-Mail:
Webseite:

Catherine EMPRIN

Catherine EMPRIN

Managing director
Charlotte Lévy-Frébault

Charlotte Lévy-Frébault

Directrice des Relations Presse

Telefon: (+33) 01 56 41 38 42

Stéphane Xiberras

Stéphane Xiberras

President & Chief Creative Officer BETC Paris

Telefon: (+33) 01 56 41 37 88

Bertille Toledano

Bertille Toledano

President BETC Paris

Informationen

Gegründet in: 1994

Mutterfirma:

Netzwerk:

Mitarbeiter: 730

Awards: 2454

Kreative Projekte: 1810

Kunden: 69

Gegründet in: 1994

Mutterfirma:

Netzwerk:

Mitarbeiter: 730

Awards: 2454

Kreative Projekte: 1810

Kunden: 69

BETC Paris

1 à 13, rue de l’Ancien Canal CS 80101 93507 PANTIN CEDEX
Pantin 93507
Frankreich
Telefon: (+33) 01 56 41 37 04
E-Mail:
Webseite:
Catherine EMPRIN

Catherine EMPRIN

Managing director
Charlotte Lévy-Frébault

Charlotte Lévy-Frébault

Directrice des Relations Presse

Telefon: (+33) 01 56 41 38 42

Stéphane Xiberras

Stéphane Xiberras

President & Chief Creative Officer BETC Paris

Telefon: (+33) 01 56 41 37 88

Bertille Toledano

Bertille Toledano

President BETC Paris

BETC réalise une campagne de mobilisation contre les violences sexistes et sexuelles pour le Premier ministre.

Le Premier ministre a décidé de mener une campagne afin d’interpeller sur la conséquence la plus douloureuse du sexisme : les violences. BETC a été choisie pour créer cette campagne ainsi que toutes celles de la Grande Cause du Quinquennat dédiée à l’égalité entre les femmes et les hommes.

Portée par la signature « Réagir peut tout changer » imaginée par BETC, l’originalité de cette campagne réside dans son approche pédagogique et mobilisatrice. La campagne présente quatre scènes hyper-réalistes, inspirées de nombreux témoignages, où la possibilité d’agir face aux violences sexistes et sexuelles est mise en lumière.

Réagir peut tout changer - #NeRienLaisserPasser

Proposant chacun une situation de violence quotidienne, les quatres films produits par General Pop présentent des mini-fictions allant du sexisme verbal sous couvert d’humour jusqu’aux agressions sexuelles voire au meurtre. Les scènes prennent un autre relief avec les panneaux de fin : deux scénarios s’opposent, celui où les témoins viennent en aide à la personne agressée, celui correspondant à la réalité courante où l’on ne réagit pas encore suffisamment.

Pour toujours plus de réalisme et de pédagogie, le dispositif est renforcé par des vidéos web comportant des interviews de victimes qui ont été soutenues et de témoins eux-mêmes. Sans métaphore, ni scandale, l’objectif est la disparition du seuil de tolérance de la société face à ces violences sexistes et sexuelles.