Un bonhomme de neige Orange d’humeur positive

Découvrez en quoi le nouveau film Orange réalisé par Publicis Conseil donne le sourire

von Mark Tungate , AdForum

 

Il y a déjà eu des histoires de Noël avec des bonhommes de neige mais peu d’entre eux appréciaient un appel zoom ou une alerte sur leur mobile. C’est certainement parce qu’il s’agit d’un bonhomme de neige Orange. Car aussi blanc que possible, celui-ci resplendit par son optimisme.

“ Créer de l’optimisme a été notre motto publicitaire cette année” précise Quentin Delobelle, Directeur de la communication commerciale et de la création d’Orange France.

Le film réalisé par Publicis Conseil dépeint un bonhomme de neige confiné incapable de rejoindre ses amis à cause de la chaleur. Mais quand l’hiver arrive, il peut enfin sortir et socialiser à nouveau. Le message est clair : « Ce Noël, nous serons tous ensemble ».

Fabrice Delacourt, Directeur de la Création chez Publicis Conseil, ajoute : “Chaque année avec Orange, nous essayons de trouver un insight en adéquation avec la situation actuelle. Quand vous voyez le bonhomme de neige obligé de rester à la maison jusqu’à ce que tout soit « safe » à l’extérieur, il y a une résonnance poétique avec tout ce que ce nous avons traversé.” De l’enfermement à la célébration finale en passant par la libération, les usages telecom accompagnent le quotidien de notre personnage mais les produits et services ne sont pas les stars de ce film.

 

(Quentin Delobelle à gauche, Fabrice Delacourt à droite) 

 

Quentin précise : “Hans Snook, le fondateur d’Orange en 1994, a toujours voulu placer l’humain au-dessus de la technologie dans les communications de la marque. « ni téléphone, ni sonnerie. » Nous avons donc décidé de rester dans cette veine. Nous ne montrons les devices qu’avec parcimonie. Ce n’est pas la technologie qui crée l’attachement à la marque, mais l’émotion.”
Fabrice ajoute: “La marque est assez intelligente pour rester un peu en retrait tout en permettant au film de montrer que ses outils permettent de créer de belles histoires ensembles.”
Un élément clé du brief était d’apporter une note positive après le difficile hiver de 2020, quand de nombreuses familles n’ont pas pu se voir. Cette année, le client et l’agence ont parié que les choses seraient différentes. Un peu risqué quand les campagnes de Noël sont prévues aussi longtemps à l’avance « Pour nous Noël commence à Pâques », plaisante Quentin.
Le défi était aussi d’assurer qu’Orange trouverait sa place sous le sapin, alors que la marque est en concurrence avec tout autre objet.

Le film a été réalisé avec finesse par François Rousselet. Connu pour son travail cinématique, Fabrice précise : « François réalise des films spectaculaires, mais aussi très sensibles. Comme il n’est pas le premier film réalisé avec un bonhomme de neige, nous avons voulu créer un univers cinématique. Le résultat est touchant avec de la personnalité. Il donne aussi le sourire aux gens. »

Il est difficile de dire si le bonhomme de neige est un homme déguisé ou de l’animation 3D. En fait, c’est un mélange de live action, de marionnette et d’animatronique, avec des ajustements en post-production. Fabrice précise : “Nous ne voulions pas utiliser que de la 3D car nous estimions que le film manquerait de réalisme et de tendresse. La 3D peut être superbe, mais elle est souvent un peu mécanique.”
A ce moment là Quentin réagit: “Vraiment ! Je suis déçu, je pensais que c’était un vrai bonhomme de neige !”

Comme d’habitude avec un film de Noël, la musique joue un rôle majeur. La libération du bonhomme de neige se joue avec le titre “Everything I Own” interprété par Bread. Fabrice précise: “Nous avons cherché la chanson que le bonhomme de neige aurait eu en tête pendant l’histoire. Elle devait exprimer l’idée de l’attente. Habituellement, nous avons deux ou trois titres en tête, mais celui-ci a rapidement fait l’unanimité. Nous pouvions donc construire le film autour de cette chanson.”

Quentin ajoute: “Cette musique est parfaite dans le sens où il y a une touche de mélancolie au début et de la célébration à la fin. Comme beaucoup de Français, quand j’étais plus jeune, j’écoutais de la pop ou du rock anglo-saxon sans vraiment comprendre la chanson. Mais quand vous traduisez ces paroles, elles racontent vraiment notre histoire.”

En parlant des Anglais, le Royaume-Uni est connu comme la patrie des blockbusters publicitaires de Noël, avec notamment le « cadeau » annuel de John Lewis. Quentin admet : “Nous essayons d’avoir une approche internationale, et d’ailleurs, ce film sera aussi diffusé en Belgique et au Luxembourg. Les films de John Lewis restent la référence. Chaque année, nous essayons toujours de faire mieux. Et cette année, j’ai l’audace de suggérer que nous y avons réussi !” 

 

 

Publicis Conseil
Werbung/Full Service/ Integriert
Paris, Frankreich
See Profile